1er octobre 2017 – Fête du patrimoine.

Posted by | octobre 03, 2017 | Non classé | No Comments

04-Lauréats_IMG_20171001_135335_resize

L’Association du patrimoine d’Aylmer (APA), que j’ai présidée dans les années 1990, tenait dimanche la Fête du patrimoine à l’Hôtel British, dont j’ai écrit l’histoire et que vient de restaurer l’homme d’affaires Mike Clemann.

02-Alain Massé_IMG_20171001_103453_resize

La journée se composait d’abord d’une allocution d’Alain Massé, président-fondateur d’Idéeclic, sur l’« espace patrimonial », un thème qui couvre tout un univers, de l’objet ancien au patrimoine bâti, aux paysages culturels, au patrimoine immatériel, de notre milieu immédiat à l’histoire d’une communauté ou d’un peuple, de la muséologie à l’informatisation et à la dissémination de l’histoire et du patrimoine.

03-Maxime Pedneaud-Jobin_IMG_20171001_132050_resize

Suivait le brunch, après quoi le maire Maxime Pedneaud-Jobin prononça quelques mots à propos de l’importance du patrimoine, de ce patrimoine particulièrement menacé à Gatineau et notamment sur l’île de Hull.  Il en profita pour souligner, à l’opposé, la contribution remarquable de quelques historiens locaux qu’il nomma (et dont je suis, en compagnie de gens comme Pierre Louis Lapointe, Michelle Guitard, Diane Aldred, Michel Prévost, Lynne Rodier, etc.), mais aussi d’hommes d’affaires et de citoyens tout aussi passionnés comme Mike Clemann et les autres lauréats que l’APA reconnaissait aujourd’hui.

Par la suite, l’APA remit ses prix biennaux du patrimoine, soit :

3e prix : à Gilles Laroche et au Musée de l’Auberge Symmes, qu’il préside, pour la récupération et restauration de l’ancienne billetterie du Parc Queen’s, maintenant revenue à proximité de l’Auberge Symmes (1, rue Front; la billetterie remonte à la fin du XIXe siècle);

2e prix : à Ariane Bloomfield-Bigras et Guillaume Vermette, pour la restauration de la Maison Coghlan-Rolston (99, rue Symmes, anciennement Charles — construite vers 1850);

1er prix : à Mike Clemann, pour l’imposante restauration de l’Hôtel British (71, rue Principale – aile ouest construite en 1834).

Prix du patrimoine 2017_APA_01 copy

Cette journée faisait partie des Journées de la culture, comme plusieurs autres événements tels que les visites patrimoniales de Michel Prévost et de la Société d’histoire de l’Outaouais.  Un heureux contraste par rapport à certaines déclarations récentes que nous avons pu entendre et lire dans les médias à propos du patrimoine bâti de Gatineau!  Une source d’espoir, aussi, pour notre avenir économique (notamment touristique) et surtout notre identité collective et notre sentiment d’appartenance!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.