Nouvelle

Du 8 au 12 juin, des jours extrêmement remplis.

Posted by | Non classé, Nouvelle | One Comment

Jeudi matin, le 8 juin, j’étais invité à l’importante conférence de presse de l’Appui pour les proches aidants d’aînés de l’Outaouais (voir leur site : Appui Outaouais), un organisme mal connu mais qui joue et jouera un rôle de plus en plus important et indispensable dans notre société vieillissante.  J’y étais à titre de président de la Commission des aînés de la Ville de Gatineau, mais également pour y représenter le maire.  Ce matin-là, APPUI Outaouais a remis 426 988 $ à divers organismes de la région (Centre d’entraide aux aînés de Gatineau, Coop des 1001 corvées et Comité régional du 3e âge de la MRC de Papineau, Centre de ressources Connexions, ainsi que la Société Alzheimer de l’Outaouais) pour près d’une dizaine de projets à travers tout l’Outaouais.  Dans l’ensemble, ces fonds permettront aux proches aidants de bénéficier d’un accès accru à du soutien adapté à leurs besoin (plus d’heures de répit), à plus de soutien grâce à l’accès à la ligne Info-Aidant, et à de la formation.  Entre 2004 et 2020, L’Appui Outaouais aura investi plus de 1,7 million de dollars dans quelque 30 projets menés par 10 organismes.  En Outaouais, plus de 25 000 personnes soutiennent un proche âgé en perte d’autonomie et, comme la population est vieillissante (d’ici une quinzaine d’années, un quart de la population aura 65 ans et plus…), ce genre d’aide sera de plus en plus en demande et, parallèlement, la pression sur les proches aidants sera de plus en plus grande.

Appui Outaouais a remis 426 988 $ à divers organismes de la région

APPUI Outaouais a remis 426 988 $ à divers organismes de la région

En début d’après-midi, je suis passé par le parc Connaught où deux écoles primaires, l’école des Cavaliers et South Hull School, participaient à l’activité Optimistes en art.  Il y a plusieurs années, Susan Lauzon et Pierre Richard avaient créé  l’activité Fleurs de macadam, à Aylmer.  Cette activité fut très populaire année après année, et voici comment ses organisateurs la décrivaient :  «Une façon éphémère de transformer la grisaille des trottoirs, à l’aide de craie de couleur, en une gigantesque galerie d’art extérieure !»  La plupart des écoles y participaient et enjolivaient les trottoirs aylmerois.  Malheureusement, l’événement était mort, faute de ressources.  Le Club Optimiste d’Aylmer tente de le faire revivre jusqu’à un certain point à travers Optimistes en art, qui ne se déroule plus sur les trottoirs publics mais sur des pistes asphaltées à proximité d’écoles.  Dans mon district, cette année, deux écoles ont participé à l’événement.

Optimistes-en-art

Optimistes-en-art

Je me suis ensuite dirigé vers la 3e rencontre de consultation sur la vie communautaire à Aylmer, une très belle initiative du pasteur de la paroisse Christ Church, Éric Morin, visant à amener les différents organismes du milieu aylmerois (dans les deux langues) à partager de l’information, à échanger sur leurs besoins respectifs, à éviter les dédoublements, à mieux travailler ensemble, etc.

Le pasteur de la paroisse Christ Church d'Aylmer,  Éric Morin

Le pasteur de la paroisse Christ Church d’Aylmer, Éric Morin

Ma journée s’est terminée au Théâtre de l’île où se tenait cette année l’assemblée générale annuelle de Culture Outaouais, cet organisme que j’ai présidé de 2009 à 2014 et sur l’exécutif duquel j’ai siégé pendant 12 ou 13 ans.  Malgré les coupures incompréhensibles du gouvernement du Québec dans le budget de cet organisme culturel comme dans celui de nombreux organismes bénévoles du Québec, Culture Outaouais (anciennement connu sous le nom de Conseil régional de la culture en Outaouais) se porte bien et, si j’en juge par le nombre de participants à l’assemblée, il continue d’être dynamique et à l’avant-garde du développement culturel dans la région.

Vendredi 9 juin — C’était le début du Lac-à-L’Épaule des candidats d’Action Gatineau pour échanger sur le programme du parti qui sera présenté aux citoyens dans le cadre de la campagne électorale de l’automne 2017.  L’activité, qui avait lieu au Centre des aînés de Gatineau, s’étendait du 9 au 11 juin.  Les présentations et les discussions ont été fort intéressantes et enrichissantes.  Comme on dit, il y en a plus dans deux têtes que dans une seule.  Alors, quand plusieurs candidats d’une même équipe en arrivent à s’entendre sur les nombreux articles d’un programme électoral, programme qui, au préalable, avait été élaboré par plusieurs membres lors du congrès d’Action Gatineau, en mai dernier, il y a de bonnes chances qu’un tel programme réponde bien aux besoins des citoyens et que les candidats d’Action Gatineau n’aient guère de difficulté à le défendre.  Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez parcourir l’article paru dans Info07 ou celui paru dans Le Droit.  Il me fera plaisir de vous en dire davantage le moment venu, sur mon site Web et sur ma page Facebook; vous pouvez également vous rendre sur la page qui m’est réservée (Richard M. Bégin – Deschênes) sur le site d’Action Gatineau.

Samedi 10 juin — Même si j’étais au Lac-à-L’Épaule d’Action Gatineau ce jour-là, je me suis éclipsé sur l’heure du dîner pour aller rendre visite à mes commettants, dans le District de Deschênes.  En effet, au Parc Saint-Malo, qui a connu cet hiver une hécatombe en raison de l’agrile du frêne (un grand nombre d’arbres ont dû y être abattus), le printemps amène une certaine renaissance.  Plusieurs nouveaux arbres y ont été plantés ces derniers jours et la Ville s’occupe activement de leur entretien à cette époque cruciale de leur vie.

Nouveaux arbres du Parc Saint-Malo

Nouveaux arbres du Parc Saint-Malo

Mais, samedi, Association des résidents du Parc Champlain tenait à planter elle aussi un arbre fruitier, un Maackia Amurensis, aussi appelé Maackie de l’Amour.  Ce qui me réjouit le plus dans le fait de représenter le District de Deschênes, c’est qu’il s’y trouve plein de gens qui, comme moi, apprécient la beauté de la nature et du paysage, tiennent à conserver le caractère champêtre d’Aylmer et sont sensibles aux questions environnementales, si cruciales pour notre survie sur terre.  J’apprécie grandement le fait que l’Association des résidents du Parc Champlain m’ait invité pour ce geste symbolique important et ait attendu mon arrivée pour la plantation d’un Maackie de l’amour…

La plantation d'un Maackie de l'amour...

La plantation d’un Maackie de l’amour…

06-Parc St-Malo_Plantation arbre-2

Je me suis ensuite dirigé vers le Vieux Deschênes où le Groupe communautaire Deschênes tenait encore cette année sa Fête des voisins.  Un grand absent, cette fois, cependant : Charles Robidoux, qui, à chaque année, était si fier de nous faire visiter, à mon épouse et moi, « son » jardin communautaire, derrière le Centre André-Touchet.  Comme il faisait très beau, samedi, pas besoin de préciser qu’il y avait plein de monde et que les structures de jeux pour enfants étaient bien populaires.

 

La Fête des voisins du Groupe communautaire Deschênes au Centre André-Touchet

La Fête des voisins du Groupe communautaire Deschênes au Centre André-Touchet

08-GCD_Fête voisins avec Daniel Godin

La journée s’est cependant terminée sur une note triste et émouvante.  En effet, à 18h, à l’église St. Stephen’s (Saint-Étienne) de Chelsea, j’assistais aux funérailles d’un jeune homme brillant et aux talents multiples, mort dans la force de l’âge, Shawn Ratté, que j’ai eu la chance de connaître d’un peu plus près, à l’époque où j’étais président du Conseil régional de la culture de l’Outaouais, puisqu’il a été coordonnateur à la recherche et au développement pour cet organisme de 2001 à 2014.  J’ai vécu ce moment difficile en compagnie de mes anciennes employées de l’époque, qui étaient plus que des collègues pour Shawn.

Dimanche 11 juin — À 13h, le Musée de l’Auberge Symmes (que j’ai présidé de 2000 à 2013) tenait une conférence de presse pour annoncer sa saison estivale et sa nouvelle exposition temporaire sur la famille Church (4 générations de médecins qui ont marqué Aylmer), mais surtout pour inaugurer en quelque sorte sa nouvelle acquisition, l’ancienne billetterie du parc d’amusement de Queen’s Park, au début du XXe siècle; elle était alors installée à l’entrée du débarcadère du bateau à vapeur G.B. Greene, qui faisait des croisières de plaisance sur la rivière des Outaouais, d’Aylmer à Quyon.  Cette billetterie, acquise en 2016, a été entièrement restaurée par la firme Lumbec; elle fait désormais partie du patrimoine bâti de Gatineau et elle a été installée en permanence sur les terrains de l’Auberge Symmes (voir l’article dans Le Droit du 12 juin à ce propos).

09-Ouverture MAS-Été 2017

Aussitôt après, je devais me diriger à l’auditorium Alphonse-Desjardins du CÉGEP de l’Outaouais (campus Gabrielle-Roy) où se tenait tout d’abord le concert de l’Harmonie junior de l’Outaouais, qui fut suivi de un concert tout spécial, en cette année du 150e anniversaire de la Confédération canadienne, le concert intitulé « L’OSJO se souvient ».  L’Orchestre symphonique des Jeunes de l’Outaouais (OSJO) avait en effet préparé cette fois des pièces musicales complètement originales (œuvres de Dominic Brazeau), accompagnées chacune de vidéos (œuvres de Pierre Sylvestre), dirigées par le chef d’orchestre Serge Fortin.  Le président d’honneur était le maire Maxime Pedneaud-Jobin.  Ce concert tout à fait original visait à faire connaître des personnages historiques qui ont contribué au développement des 5 villes qui, en 2002, ont fusionné pour donner naissance au Grand Gatineau que nous connaissons depuis, soit : Aylmer, Hull, Gatineau, Masson-Angers et Buckingham.  J’étais le conseiller historique pour ce projet (j’ai eu un peu d’aide de Pierre Louis Lapointe et de Michel Prévost, historiens bien connus de la région) et, finalement, les personnages retenus ont été les suivants : la famille Conroy – McConnell (dont j’ai beaucoup parlé dans mon livre sur l’Hôtel British), Jean Dallaire (artiste-peintre de renommée internationale, né à Hull), Gaby Déziel-Hupé (dramaturge qui a lancé sa première pièce, Les Outardes, à Pointe-Gatineau), Éléonore Potvin (fondatrice des Servantes de Jésus-Marie, à Masson-Angers) et James MacLaren père (entrepreneur majeur qui a profondément marqué Buckingham et le Canada tout entier).  J’avais la responsabilité de fournir les textes (qui ont été lus par Daniel Mathieu (ancien animateur à Radio-Canada) et le plus d’illustrations possible.  Le résultat final, le concert de dimanche, était vraiment exceptionnel et a été très apprécié de l’auditoire : c’était le résultat d’une remarquable coopération entre divers éléments culturels (histoire et patrimoine, musique, archives, vidéo artistique), tous conjugués pour enrichir notre patrimoine musical, plaire à l’auditoire, contribuer au sentiment d’appartenance et à l’identité des Gatinois, tout en amenant, par la même occasion, ces jeunes artistes de l’orchestre, à eux aussi découvrir et apprécier cet héritage.  À ces 5 pièces musicales s’en ajoutaient deux autres, une pièce d’introduction, très dynamique, et une pièce très émouvante qui se voulait un message d’espoir au nom de la Fondation Lani, dont la mission consiste à appuyer des projets de promotion de la vie dans une perspective de prévention du suicide chez les jeunes de 12 à 25 ans.

10-OSJO-1  11-OSJO-2

 Lundi 12 juin — Journée un peu moins exigeante, mais tout de même bien remplie, notamment : rencontre préparatoire pour la prochaine réunion de la Commission sur les aînés (que je préside), rencontre des élus d’Aylmer avec les services  pour préparer la réunion du Conseil municipal du 13 juin, et, bien sûr, lectures de divers documents en prévision de cette réunion du Conseil.

Le mercredi 7 juin 2017-autres activités

Posted by | Nouvelle | No Comments

Mercredi le 7 juin 2017 –

En fin d’après-midi, le 7 juin, à la Bibliothèque Lucy-Faris (Aylmer), je remettais des prix à plusieurs jeunes des différentes écoles primaires de mon district (Rapides-Deschênes, Euclide-Lanthier, South Hull et des Cavaliers) qui avaient participé au concours « J’aime ma bibliothèque ».  Ce concours, qui en est à sa 15e année sur le territoire de Gatineau, mais à sa première expérience à Aylmer, vise à encourager les jeunes à lire et à prendre goût à la lecture.  Près de 25 enfants se sont vus décerner des prix (quelques livres adaptés à leur âge), auxquels j’avais contribué à partir de mon fonds discrétionnaire.

Comme il y avait aussi quelques parents, j’en ai profité pour également dire quelques mots à propos du besoin criant d’une bibliothèque plus vaste et plus moderne pour répondre adéquatement à la population aylmeroise, la bibliothèque Lucy-Faris actuelle étant de 3 à 4 fois trop petite, étant donné qu’elle était déjà deux fois trop petite lors de son aménagement en 2002 alors que la population n’était que de 32 000 citoyens… et qu’Aylmer compte maintenant quelque 65 000 citoyens.  En outre, la bibliothèque Lucy-Faris étant destinée à être l’une des deux bibliothèques-ressources de la Ville de Gatineau (l’autre étant la bibliothèque Guy-Sanche à Gatineau), elle doit également pouvoir offrir plus de services qu’une bibliothèque de quartier ou de proxmité.  Espérons que la voix d’Aylmer sera entendue lors du prochain mandat du Conseil municipal.  C’est une priorité pour notre communauté.

L’activité, mercredi, se terminait par un splendide goûter… composé essentiellement de desserts, bien entendu!

IMG_3251_resize    IMG_3258_resize

 

Par la suite, je me suis dirigé vers la Maison du citoyen où je devais présider l’une de ses assemblées publiques de consultation que je préside régulièrement (environ une fois par mois) à titre de président du Comité consultatif d’urbanisme.  Ces assemblées publiques font suite aux avis publics publiés dans les journaux, mais également sur le site Web de la Ville (site Web où l’on peut d’ailleurs s’inscrire pour recevoir automatiquement, par courriel, les avis publics, soit pour toute la ville, soit pour son secteur; en plus, avec ces avis publics en format électronique, on peut avoir accès à toute la documentation pertinente, en langage vulgarisé, au fond la même information dont dispose le Comité consultatif d’urbanisme).  Pour s’inscrire, on n’a qu’à taper AVIS PUBLICS dans la fenêtre en haut de la page Web d’accueil du site de la Ville.  C’est un système que je tenais beaucoup à mettre en place depuis des années et qui, grâce à la collaboration du Service d’urbanisme et du Service du greffe, est finalement entré en fonction le 28 janvier 2015.  Profitez-en!  Grâce à cela, les citoyens peuvent connaître le contenu des dossiers AVANT qu’ils soient considérés et adoptés (ou rejetés) par le Conseil municipal.   Pour s’inscrire, il n’y a qu’à se rendre à l’adresse suivante : https://www.ville.gatineau.qc.ca/portail/default.aspx?p=guichet_municipal/annonces_ville/avis_publics

Quant à l’assemblée de consultation publique de mercredi soir, elle portait cette fois sur quelques dossiers courants, mais surtout sur les trois nouveaux règlements qui ont été adoptés par le Conseil municipal en première lecture suite aux inondations du printemps 2017.  En gros, ces nouveaux règlements indiquent où l’on peut construire et où l’on ne peut pas (depuis plusieurs années, il est interdit de construire dans la zone 0-20 ans, c’est-à-dire une zone susceptible d’être inondée au moins une fois à tous les 20 ans), comment l’on doit construire quand notre propriété est dans une zone 20-100 ans (c’est-à-dire une zone qui risque d’être inondée au moins une fois à tous les cent ans… mais probablement plus fréquemment, surtout avec le réchauffement de la planète) et enfin quelles règles particulières vont s’appliquer à ceux qui ont subi des dommages ce printemps-ci, afin de faciliter le traitement de leurs demandes de permis… sans frais jusqu’au 1er septembre 2018.

Dernières fins de semaines

Posted by | Non classé, Nouvelle | No Comments

Vendredi et samedi 2-3 juin 2017

Vendredi soir, je me suis rendu à une activité annuelle que je ne manque pas depuis de nombreuses années, Expo-Arts, une exposition de peintures et sculptures organisée par le Conseil des arts d’Aylmer (http://www.artsaylmer.com/index.php/fr/).  Cette année, c’était la 62e édition et ça avait lieu au sous-sol de l’église Saint-Paul d’Aylmer et le président d’honneur était André Fortin.  On m’a aussi offert, comme à chaque année, l’occasion de dire quelques mots, et ça m’a rappelé l’époque où le Musée de l’Auberge Symmes (dont j’étais président) avait aussi son kiosque, puis l’époque de mon implication dans le dossier de l’église Saint-Paul comme marguillier et porteur du projet de reconstruction pour rejoindre l’ensemble de la communauté, et enfin celle où j’étais président du Conseil régional de la culture et président de l’APICA et cherchais à rapprocher le monde de la culture du monde des affaires et de la vie communautaire. « Ne tuons pas la beauté! ».  C’est cette beauté que les artistes apportent à notre monde et qui nous permet encore de rêver d’un monde meilleur…

Le lendemain matin, j’étais au Parc Louis-Roy, comme membre de l’équipe qui a organisé cette activité de levée de fonds pour les sinistrés des inondations à Aylmer.  On visait aussi à remercier les bénévoles qui se sont dévoués pendant la crise.  Il y avait de la nourriture pour tout le monde, des tables à pique-nique, une scène où se sont présentés quelques artistes (dont l’organisateur en chef, Guy Leblanc, aussi directeur général des Galeries Aylmer).  Les dons allaient à la Saint-Vincent-de-Paul d’Aylmer ainsi qu’à la Croix-Rouge.  Sur la photo de groupe, on retrouve de gauche à droite : André Fortin, député de Pontiac, François Sylvestre (candidat d’Action Gatineau dans le district #1), Richard M. Bégin (conseiller municipal pour le district de Deschênes), Martin Roy (candidat d’Action Gatineau pour le district #2), le maire Maxime Pedneaud-Jobin, Maude Marquis-Bissonnette (candidate d’Action Gatineau pour le district #4) et Guy Leblanc (d.g. des Galeries Aylmer).

2-Ensemble_2

La fin de semaine précédente, j’avais également passé plusieurs heures au marché d’alimentation Métro Plus Marché Kelly, à l’angle de Wilfrid-Lavigne et des Allumettières, pour y récolter des denrées non périssable pour Moisson Outaouais (http://www.moissonoutaouais.com/), qui fournit en vivres 31 organismes de bienfaisance en Outaouais, dont, naturellement, le Centre alimentaire Aylmer (https://www.facebook.com/Centre-Alimentaire-Aylmer-281792925174386/).

3-Rmb_bénévole pr Moisson Outaouais

Mais, pour en revenir au samedi 3 juin, je me suis également rendu sur le site de l’Association du patrimoine d’Aylmer, rue du Golf, où se tenait sa vente annuelle de plantes.  J’en ai profité pour remettre un chèque de mon fonds discrétionnaire à la présidente, Micheline Lemieux, pour aider l’association à développer son site Web.

4-Chèque à l'Association du patrimoine

Enfin, j’ai terminé ma tournée en allant également à la fête de quartier organisée par l’Association des résidents du quartier Connaught (https://www.facebook.com/associationconnaught/).  Quelque 200 personnes s’y sont présentées.  Un franc succès m’ont déclaré le président et le secrétaire de l’association, Jean-Sébastien Racine et Maxime Ricard.  Bravo et merci aux organisateurs pour ces activités communautaires et rassembleuses.

J’ai terminé cette journée bien remplie en rencontrant des citoyens inondés préoccupés par la suite des choses pour leur propriété et quant aux règles qui vont s’appliquer pour les réparations, la reconstruction et les mesures de prévention pour l’avenir.

Vous trouverez ci-bas le texte de mes mots d’introduction à la réunion du Conseil municipal du 16 mai 2017

Posted by | Déclarations, Nouvelle | No Comments

« Merci beaucoup, Monsieur le Président.

 

D’abord, comme le maire et tous mes collègues, je voudrais remercier profondément notre administration qui s’est dévouée considérablement dans le cadre de cette crise-là, quel que soit leur niveau dans notre bureaucratie, mais aussi les bénévoles qui se sont investis. J’en ai été témoin, notamment dans le village de Deschênes :  quasiment toute la population du vieux Deschênes s’est rassemblée pendant la crise et a travaillé d’arrache-pied pendant 2- 3 jours. C’était vraiment phénoménal cette entraide-là, et ultimement, grâce à leurs efforts, le Village de Deschênes a été peu affecté à part quelques maisons.  Je voudrais par la même occasion exprimer ma sympathie et même mon empathie face aux sinistrés. J’ai moi-même quelques amis qui ont été lourdement affectés et je sais qu’ils passent des moments très durs.  Il y a même  dans mon entourage un couple de 80 ans qui habitait le même endroit depuis plus de 30 ans; leur solage à finalement implosé. Alors je vous laisse imaginer le drame que ça peut être pour ces gens-là. Mais je peux vous dire que ces gens  ont beaucoup de résistance et, lorsque je les ai rencontrés le lendemain, ils m’ont dit : « On va reconstruire, On va soulever notre maison et construire un nouveau solage. »

 

Sur une note plus positive, je voudrais souligner que, jeudi dernier, on célébrait le 40e anniversaire d’Interclubs Aylmer (http://www.richardbegin.ca/interclubs-aylmer/) qui est un regroupement de 8 clubs philanthropiques ou clubs de service, comme on les appelle, dans le secteur Aylmer. Ces organismes-là, évidemment, que ce soit le Richelieu, le Rotary, peu importe le nom, contribuent énormément à la vie communautaire et à l’entraide.  Et, au fil des ans, plusieurs d’entre eux ont notamment contribué au Centre alimentaire d’Aylmer, ainsi qu’à bien d’autres causes.

 

J’aimerais aussi souligner que, ce soir, on va adopter un protocole d’entente entre la Ville et la Fondation Forêt Boucher (http://www.fondationforetboucher.ca/accueil).  C’est un dossier qui me tient beaucoup à cœur depuis une trentaine d’années. Lorsque j’étais président de l’Association du patrimoine d’Aylmer, c’est un dossier qu’on a abordé  et appuyé. Là on franchit une nouvelle étape ce soir avec l’approbation de ce protocole d’entente qui va permettre à la Fondation Forêt Boucher d’aller de l’avant pour faciliter la sensibilisation et même aller chercher du financement.

 

Mon dernier point.  Dans le cadre du 150e anniversaire de la Confédération canadienne, la Fondation communautaire d’Ottawa (Philanthropie Outaouais) a offert une contribution qui a favorisé la production d’une pièce musicale historique de l’Orchestre symphonique des jeunes de l’Outaouais, qui sera présentée le 11 juin prochain. Alors j’invite la population à aller écouter ce concert.  Ce seront des pièces complètement originales basées sur 5 personnages qui ont marqué l’histoire de Gatineau (https://lepointdevente.com/billets/osjosesouvient2017). »

Inondations : suivi en date du 9 mai

Posted by | Nouvelle | No Comments

En résumé, le niveau de la rivière des Outaouais a commencé à baisser dès hier après-midi  et, selon les prévisions, cela va se poursuivre au cours des prochains jours et des prochaines semaines.  On a suffisamment de sacs de sable et, conséquemment, il n’y a plus besoin de bénévoles pour en remplir d’autres. Par contre, ceux qui veulent tout de même offrir leurs services ou leurs dons peuvent s’adresser à la Croix-Rouge. Read More

Richard Bégin verse 1000$ à l’Association des résidents du quartier Connaught

Posted by | Nouvelle | No Comments

C’est avec plaisir que je remettais cette semaine (à partir de mon budget discrétionnaire) un chèque de 1000$ au président de Association des résidents du quartier Connaught, Jean-Sébastien Racine. Cette somme permettra de mener à bien les activités de l’association, notamment la fête de quartier qui vise à favoriser le développement d’un sentiment d’appartenance et à accueillir les nouveaux arrivants dans le quartier.

Association Conaught_cheque_03-05-2017

 

Distribution d’arbres à la Terrasse Lakeview et premières vidéos du concert de l’OSJO

Posted by | Nouvelle | No Comments

Le 29 avril au matin, je suis allé au lancement de l’opération « distribution d’arbres » aux résidants de la Terrasse Lakeview, une initiative de l’Association des résidants de la Terrasse Lakeview, subventionnée par la Ville de Gatineau (Fonds vert) et par le député de Pontiac, André Fortin. Relié au jour de la Terre et au 70e anniversaire de l’association, ce projet vise à encourager les résidants du quartier à remplacer les frênes atteints par l’agrile du frêne qui ont dû être abattus ainsi qu’à prévoir le remplacement d’autres arbres matures, plantés à la fin des années 1940, et qui arrivent en fin de vie.  Read More