2015 avril

Richard Bégin à l’AGA de la caisse Desjardins de Hull-Aylmer

Posted by | Nouvelle | No Comments

Le 28 avril, je participais à l’assemblée générale annuelle de la Caisse  Desjardins de Hull-­Aylmer. Les états financiers nous révélaient des actifs de plus de 2 milliards de dollars, soit une croissance de 5,7 % par rapport à l’année 2013. Notre caisse se porte très bien. On peut consulter le rapport annuel en ligne : http://desjardinshullaylmer.com/wp-content/uploads/2015/03/30092_Hull-Aylmer_RA.pdf

L’un des points importants soulevés pendant la soirée, c’est la disparition d’un certain nombre de guichets automatiques sur le territoire depuis la fusion des caisses d’Aylmer et de Hull. C’est également un sujet qui avait été abordé par la Commission sur les aînés que je préside et qui m’avait amené à écrire une lettre à la Caisse Desjardins Hull-­Aylmer à ce propos et plus particulièrement au sujet de la fermeture du guichet automatique de Val-­Tétreau qui n’a plus de succursale ou de guichet automatique depuis plusieurs mois. La présidente de la caisse a indiqué qu’on prenait bonne note des commentaires et qu’on s’efforçait de réévaluer régulièrement (aux six mois) la situation.

Lors des élections, il y avait 5 postes à combler au conseil d’administration et on a assisté à l’arrivée de nouveaux venus, soit Raphaël Déry, Claudine Lalonde, François Lacerte-­Gagnon et Mathieu Coutu, ainsi qu’à la réélection de Guillaume Morin, qui était vice-­président dans l’ancien conseil. En ce qui concerne le Conseil de surveillance, Alain Tanguay a été réélu et Annie Pichette est venue s’ajouter à ce comité. Félicitations aux nouveaux élus qui ont à coeur la cause coopérative, une pierre angulaire de notre vie socio­-économique au Québec!Lors des élections, il y avait 5 postes à combler au conseil d’administration et on a assisté à l’arrivée de nouveaux venus, soit Raphaël Déry, Claudine Lalonde, François Lacerte-­Gagnon et Mathieu Coutu, ainsi qu’à la réélection de Guillaume Morin, qui était vice-­président dans l’ancien conseil. En ce qui concerne le Conseil de surveillance, Alain Tanguay a été réélu et Annie Pichette est venue s’ajouter à ce comité. Félicitations aux nouveaux élus qui ont à coeur la cause coopérative, une pierre angulaire de notre vie socio­-économique au Québec!

 

Position de Richard Bégin sur le Centre multifonctionnel

Posted by | Déclarations, Nouvelle | No Comments

Le projet du Centre multifonctionnel hante le conseil municipal depuis une bonne dizaine d’années maintenant. C’est là l’un des lourds héritages que nous a laissés l’ancien conseil municipal. Le 28 avril, lors du comité plénier, nos fonctionnaires nous revenaient avec un historique de ce dossier depuis 2005, une présentation et une analyse du dernier appel d’offres (qui, bien que moins élevé que le précédent appel d’offres, dépasse tout de même d’au moins 11 millions de dollars l’estimation des coûts) et trois options (l’abandon du projet, la construction malgré tout du Centre multifonctionnel originellement prévu OU une 3e option qui impliquerait un partenariat possible avec des investisseurs privés).

En ce qui me concerne, on ne m’a pas encore démontré qu’un tel projet, qui coûterait au minimum 75 millions de dollars (encore là, on sait par expérience que la plupart des projets de cette envergure ne se font jamais à l’intérieur des coûts envisagés et, en outre, il ne faudrait pas oublier les coûts annuels de 2 à 3 millions de dollars pour l’entretien, par la suite), on ne m’a pas démontré, dis-je, qu’un tel projet aurait des retombées économiques importantes pour Gatineau et encore moins qu’il amènerait à la ville des rentrées de taxes suffisantes pour compenser à la longue pour l’investissement fait par les contribuables. On sait déjà que nous devons investir plus de 1,3 milliard de dollars dans diverses infrastructures de base à Gatineau au cours des 10 prochaines années et qu’on n’a pas actuellement les revenus suffisants pour faire face à cette dure réalité (routes, aqueduc, égout, usines d’épuration, centres communautaires, parcs, etc.).  Bref, qu’il s’agisse d’un édifice pour abriter une équipe de hockey qui ne l’utiliserait qu’environ 15 % du temps ou qu’il s’agisse de spectacles ou d’événements (salon de l’automobile, etc.), on ne m’a pas convaincu qu’il y aurait un retour sur l’investissement suffisant pour m’amener à supporter un tel projet.

Au cours des derniers mois, j’ai été régulièrement confronté à des fins de non-recevoir pour différents projets proposés et souhaités par les citoyens et résidants que je représente. La réponse était la plupart du temps négative, faute d’argent. Alors, doit-on engager un minimum de      75 millions de dollars dans un projet comme le Centre multifonctionnel planifié au détriment de besoins plus criants comme d’offrir de l’eau «non colorée», planter des arbres, installer des passages à niveau pour piétons, prolonger des pistes cyclables, que sais-je encore?

J’étais déjà plus qu’hésitant face à un tel projet alors qu’il se chiffrait à près de 63 millions. Ma réponse est clairement NON, si ça doit en coûter   11 millions de plus… et en réalité, à la fin, probablement beaucoup plus.

Nos «experts» semblent incapables de nous expliquer l’écart monumental entre leur estimation des coûts… et les soumissions que nous avons reçues. Et cela m’inquiète profondément. Gatineau est-elle vraiment équipée pour gérer des projets de cette envergure à l’heure actuelle?

Certains avancent que le projet de Centre multifonctionnel est important pour l’identité gatinoise, parce qu’il permet de maintenir et de soutenir une équipe de hockey junior majeur, les Olympiques, et parce que ce projet nous permettrait de nous doter d’un édifice signature, le genre de bâtiment susceptible d’attirer les touristes. Je reconnais que l’architecture proposée a un certain caractère qui sort de l’ordinaire et j’espère qu’un jour Gatineau aura des édifices de cette trempe qu’on aimera présenter à nos visiteurs et dont on sera fier.  Cependant, je doute fort que le sentiment d’appartenance et l’identité de la majorité des Gatinois aient quoi que ce soit à voir avec un édifice-signature, une équipe de hockey ou une salle de spectacles.

Pour ma part, je préfère miser sur les services essentiels aux citoyens que je représente, sur leur qualité de vie au quotidien… et c’est à partir de là, de ce bien-être, que se développeront l’identité et le sens d’appartenance à la plus grande ville.

En conclusion, je suis disposé à considérer la 3e option, celle qui pourrait se faire en collaboration avec des investisseurs privés, mais tout dépendra du coût qui devra être absorbé par les citoyens de Gatineau… et au détriment de quoi. À mon avis, le moment est venu de mettre un terme à cette saga qui nous a déjà coûté assez cher en temps, en énergie, en débats et en argent. Il est bien dommage qu’au point de départ, il y a dix ans, on n’ait pas fait les études de marché appropriées; on n’en serait peut-être pas là aujourd’hui.

Présentation au comité plénier du 28 avril 2015

Webdiffusion du comité plénier du 28 avril 2015

Jour de la Terre et Plan local de déplacement à la terrasse Lakeview

Posted by | Nouvelle | 4 Comments

Hier matin, après ma rencontre mensuelle avec Interclubs Aylmer (ce regroupement des clubs de services d’Aylmer tels que Chevaliers de Colomb, Optimistes, Civitans, Aydelu…), je me suis rendu au parc Lakeview où se tenait un double événement : le Jour de la Terre, que souligne chaque année l’Association des résidants de la Terrasse Lakeview (ARTL), et le lancement officiel du Plan local de déplacement du Quartier de la Terrasse Lakeview.

A_François Pirart, directeur de Mobi-O, AF,Rmb,JP et DC (je ne connais pas la dame)

Avec une cycliste, François Pirart (directeur de Mobi-O), André Fortin (député de Pontiac), moi-même, Jocelyn Plourde (président de l’association) et Daniel Champagne (président du conseil municipal).

L’ARTL (http://lakeview-terrace.ca/), la plus ancienne association de résidants de tout le territoire gatinois, célèbre cette année son 60e anniversaire et demeure l’une des plus dynamiques et créatives de la ville, comme le démontre son initiative, en collaboration avec Mobi-O (http://www.mobi-o.ca/).

J’y étais bien sûr à titre de conseiller municipal du district, mais également comme représentant du maire. M’accompagnaient le député de Pontiac André Fortin (également résidant du quartier) et mon collègue du conseil municipal, Daniel Champagne, fervent défenseur des déplacements actifs et collectifs.

A_Jocelyn Plourde réparant bicyclettes

Le président de l’association à l’œuvre.

Je m’estime particulièrement heureux de représenter un district où il y a une telle concentration d’associations de résidants (7) actives, intelligentes, renseignées et engagées.  C’est la base de la démocratie et je ne puis que m’en réjouir. Et, même après 60 ans d’activités, l’ARTL continue de donner l’exemple, si je puis dire.

Bravo à l’ARTL pour son Jour de la terre, mais surtout pour son Plan local de développement, qui vient s’ajouter au Plan local de développement de l’école Rapides-Deschênes! J’espère que ce rapport sera bien accueilli par mes collègues du conseil municipal et par notre administration municipale. Les résidants de mon district peuvent compter sur mon appui, c’est certain, et notamment pour la réduction de l’achalandage véhiculaire et de la vitesse dans leur quartier résidentiel.

LIEN

MOBI-o : Plan local de deplacement – Terrasse Lakeview

Le Conseil des arts d’Aylmer fête ses 60 ans

Posted by | Nouvelle | No Comments

Après être allé présider une réunion du conseil d’administration de la Fédération Histoire Québec, à Montréal (notre dernière réunion avant le congrès annuel, qui aura lieu du 15 au 17 mai prochain, alors que nous célébrerons le 50e anniversaire de la fédération… et moi, mon 10e anniversaire comme président!), samedi dernier (25 avril), je suis revenu à Aylmer juste à temps pour l’inauguration de l’exposition printanière du Conseil des arts d’Aylmer (CAA) qui, cette année, se tenait aux Galeries Aylmer.

Shirley Van Dusen1

Shirley Van Dusen (89 ans), une des membres fondatrices du CAA. Photo : Marie Louise Paradis

C’est une activité que je ne manque pas depuis plusieurs années, d’autant plus que, pendant plusieurs années, alors que j’étais président du Musée de l’Auberge Symmes (MAS), nous occupions le même édifice et avons maintes fois collaboré, le musée d’histoire régionale de l’Outaouais qu’était le MAS étant le seul organisme invité à avoir un kiosque à cette exposition annuelle et le Conseil des arts d’Aylmer étant un partenaire important lors de la Fête d’antan que j’ai lancée pour la première fois en 2008 et dirigée pendant cinq ans.

Conseil

Jacques Desgagnés, maître de cérémonie pour la soirée et membre du comité organisateur, Diane Groulx, ancienne présidente et organisatrice de l’événement, et Andrée Sincennes, présidente du CAA.

Cette année, le CAA célèbre son 60e anniversaire et c’est un événement extrêmement important, parce que pratiquement tous les organismes et institutions de nature culturelle à Aylmer (incluant l’Association du patrimoine d’Aylmer et le Musée d’Aylmer, mais aussi la bibliothèque municipale) ont surgi grâce à cet organisme à but non lucratif qu’est le CAA.  J’étais particulièrement heureux samedi soir, à titre de conseiller du secteur Aylmer et de remplaçant du maire, mais aussi comme ancien président du Conseil de la culture de l’Outaouais (maintenant Culture Outaouais) de souligner la contribution exceptionnelle de cet organisme et de parler des expériences communes que nous avons vécues ensemble, notamment à l’époque où, pendant les années 1990, nous étions membres de la Table de concertation culturelle d’Aylmer puis du Comité culturel de la Ville d’Aylmer et que nous avons développé la politique culturelle d’Aylmer, finalement adoptée en 1998.

Mur bénévoleSans le CAA, il n’y aurait guère eu de vie culturelle à Aylmer, de même que, sans Aydelu, il n’y aurait guère eu d’activités sportives. La contribution des organismes bénévoles et des bénévoles à Aylmer est particulièrement remarquable (que l’on parle de culture, de sports ou de vie communautaire) et mérite d’être soulignée… et appuyée.

Merci au Conseil des arts d’Aylmer!

À la découverte de l’agroalimentaire dans Gatineau

Posted by | Nouvelle | No Comments

Le vendredi 24 avril, j’ai eu le plaisir de participer à une tournée des élus qui nous a permis de visiter certains sites et entreprises agroalimentaires sur l’ensemble du territoire gatinois.  La visite a débuté à 9 h 30 à la Maison du citoyen, d’où nous sommes partis pour nous rendre dans mon district, le district de Deschênes. Premier arrêt, la Ferme Moylinny (située entre le chemin de la Montagne et le chemin Klock) où vivent trois générations de Reford et où l’on a développé la production du bœuf Hereford élevé à l’herbe et commercialisé sous le nom de Reford Beef.  La ferme est gérée afin de favoriser une agriculture durable.

4_Sylvie Goneau et moi aux Serres de l'Outaouais_1

Avec Sylvie Goneau, présidente du Comité consultatif agricole de Gatineau, aux Serres de l’Outaouais.

Puis, nous nous sommes rendus à Hull pour y visiter l’entreprise Rochef Chocolatier, devenue un fleuron de notre industrie agroalimentaire après à peine 11 ans en affaires.  Nous avons ensuite dîné chez les Brasseurs du temps, la première micro-brasserie de la région; on y a appris les obstacles majeurs à l’expansion du marché des micro-brasseries au Québec et au Canada en raison des monopoles des multinationales de la bière et des ententes qu’elles ont avec les chaînes de magasins d’alimentation.

Notre visite s’est terminée à Buckingham, aux Serres de l’Outaouais, gérées depuis 2006 par la Coopérative de solidarité de l’Unicité, une entreprise qui, en plus de produire des légumes biologiques dans la région, a aussi pour objectif d’offrir du travail et une possibilité d’insertion sociale à ses membres travailleurs qui, pour la plupart, ont une déficience intellectuelle.

6_Dessert aux champignons_MAO_Orée du bois_1

Dessert aux champignons…

Mes remerciements pour cette visite très instructive à Vincent Philibert, directeur de la Table agroalimentaire de l’Outaouais, à ma collègue Sylvie Goneau, présidente du Comité consultatif agricole de Gatineau, et à l’Union des producteurs agricoles.

Ma journée s’est terminée à L’Orée du bois où, comme à chaque année, avait lieu le souper des Mycologues amateurs de l’Outaouais, une expérience gastronomique unique, puisqu’on y mange des champignons à chaque service : soupe, entrée, mets principal et dessert.

Action Gatineau organise un forum sur les nouvelles tendances en urbanisme

Posted by | Communiqués, Nouvelle | No Comments

Le 2 mai prochain, Action Gatineau, en collaboration avec l’Université du Québec en Outaouais (UQO), organise un Forum citoyen sur les nouvelles tendances en urbanisme ouvert au grand public qui s’intéresse aux questions d’urbanisme et d’aménagement urbain.

En matinée, après le coup d’envoi du président du Comité consultatif d’urbanisme et conseiller municipal du district Deschênes, M. Richard Bégin, les participants pourront en connaître davantage sur les nouvelles tendances au Québec et ailleurs grâce à nos invités de marque : Gérard Beaudet (professeur à l’Université de Montréal et membre de l’Institut d’urbanisme du Québec), Mario Gauthier, professeur à l’UQO, et Guy Chiasson (professeur à l’UQO et directeur scientifique du Centre de recherche en développement des territoires).

En après-midi, place aux citoyens, alors que se tiendra un panel des usagers du service d’urbanisme. Richard Ryan (conseiller municipal de la Ville de Montréal) exposera l’évolution des pratiques urbanistiques à Montréal ; ensuite, les promoteurs immobiliers Charles Masse (Groupe Heafey) et Alain Adam (Société immobilière Adam) de même que des représentants d’associations de citoyens (Nicolas Garant de l’Association des résidants de la terrasse Lakeview et Pauline Bouchard du projet de revitalisation de la rue Notre-Dame) viendront exprimer leurs attentes vis-à-vis le service d’urbanisme.

Le forum se tiendra au Centre des aînés de Gatineau (196, rue Notre-Dame), de 9 h à 16 h. Les frais d’inscription sont de 15 $ (repas et boissons inclus). Veuillez svp confirmer votre présence à coordo@actiongatineau.org.

Pour susciter votre intérêt, voici quelques capsules vidéo de Richard Bégin, Myriam Nadeau et de Maxime Pedneaud-Jobin : https://www.youtube.com/user/actiongatineau

Pour plus de renseignements, visitez la page Web du forum .

Source : Action Gatineau

Présentation de Nature Canada sur la ZICO du lac Deschênes

Posted by | Nouvelle | No Comments

Le 22 avril dernier, j’ai participé à une excellente séance d’information organisée par l’Association des résidants de Deschênes sur la ZICO du lac Deschênes, au centre communautaire André-Touchette.  C’est Ted Cheskey, gestionnaire de conservation d’oiseaux, à Nature Canada, qui faisait la présentation.  Une ZICO, c’est une zone importante pour la conservation des oiseaux.  Il s’agit d’une initiative de coopération mondiale chapeautée par BirdLife International. Ce programme vise à identifier, surveiller et protéger des sites essentiels pour les oiseaux et la biodiversité. Quelques 218 pays et territoires partenaires y20150422_Logo Nature Canada participent.  Il existe quelque 600 ZICO au Canada et, au Québec, on en a désigné 96 entre 1996 et 2001.  Or, nous avons la chance d’avoir l’une de ces zones remarquables tout près de chez nous, celle du lac Deschênes, entre les chutes Chaudières et Quyon, des deux côtés de la rivière des Outaouais, une ZICO où l’épicentre, dans une bonne mesure, se situe dans le secteur des Rapides Deschênes, un site ornithologique de premier ordre au Canada.

Mibach,Lisa_IIMG_3042

Photo: Lisa Mibach

Nature Canada est l’organisme de bienfaisance national pour la conservation de la nature; c’est en fait le plus ancien au Canada. Depuis 75 ans, Nature Canada a aidé à protéger plus de 63 millions d’acres de parcs et de zones sauvages au Canada et une multitude d’espèces dont la survie est directement liée à leur habitat. Aujourd’hui, Nature Canada représente un réseau formé de plus de 45 000 membres et partisans et plus de 350 organismes naturalistes partout au pays, et des affiliés dans chaque province.  Dans le District de Deschênes, que je représente, Nature Canada s’est notamment associée au Club des ornithologues de l’Outaouais et à l’Association des résidants de Deschênes.  Comme chacun sait, les berges de la rivière des Outaouais à la hauteur du village de Deschênes constituent un site privilégié sur le plan historique, archéologique, patrimonial, naturel et écologique, d’autant plus que c’est là qu’aboutit un corridor naturel qui va des collines de la Gatineau jusqu’à la rivière, en passant par la Forêt Boucher, une autre grande richesse de notre district.

Richard Bégin présent à l’AGA de la Corporation de l’âge d’or d’Aylmer

Posted by | Nouvelle | No Comments

Ce midi, je suis allé au dîner de la Corporation de l’âge d’or d’Aylmer, un dîner un peu particulier, cette fois, puisqu’il était suivi de l’assemblée générale annuelle et de l’élection des membres du conseil d’administration pour les deux prochaines années.

Le centre Ernest-Lattion

Le centre Ernest-Lattion

Située au centre Ernest-Lattion (30, rue Court, Aylmer), cette corporation s’adresse à toute personne âgée de 50 ans et plus et offre une série d’actitivés socioculturelles telles que des tournois de bridge, des cours de tai-chi, des dîners le mercredi, des sorties de groupes, un club de lecture, des activités physiques, etc.

Avec une population vieillissante, un organisme comme celui-ci joue et devra jouer un rôle de plus en plus important dans notre société pour garder nos aînés en forme, bénéficier de leur expérience, protéger leurs intérêts aussi.  À titre de président de la Commission sur les aînés de Gatineau et de représentant de la Ville auprès de la Corporation de l’âge d’or d’Aylmer, j’étais particulièrement heureux de me retrouver parmi ces aînés, aujourd’hui, et de faciliter le processus électoral en compagnie des représentants du Service des loisirs, au Centre de services d’Aylmer, soit Pierre Lagacé et Louise Piché.

L’ensemble du conseil d’administration (9 administrateurs + 4 membres de l’Exécutif pour un total de 13 personnes) a été réélu pour deux autres années et ont été réélues au comité exécutif : Reina Bastien, présidente; Nicole Gagnon, vice-présidente; Reine Pilon, trésorière; et Hélène Gagnon, secrétaire.

Merci à la Corporation de l’âge d’or d’Aylmer pour sa contribution bénévole importante à notre communauté et merci pour l’accueil chaleureux dont j’ai bénéficié aujourd’hui.

Richard Bégin au Brunch des aînés

Posted by | Nouvelle | No Comments
Le 18 avril dernier, c’était le Brunch des bénévoles au Centre des aînés de Gatineau (CAG).  J’y avais été invité, comme l’an dernier, à titre de président de la Commission sur les aînés de la Ville de Gatineau.  Une activité qui rassemble aisément autour de 200 personnes.  Le CAG, qui a démarré ses opérations il y a plus d’un quart de siècle, au sous-sol de l’ancienne église Saint-Jean-Vianney, sur la rue Notre-Dame, à Gatineau, compte aujourd’hui quelque 1 200 bénévoles, dont 200 font du bénévolat. Le CAG occupe l’ensemble de l’édifice qui fut un temps la co-cathédrale du diocèse de Hull-Gatineau.  Les secteurs de bénévolat sont très variés, allant de la menuiserie à la cuisine collective, en passant par la chorale, la bibliothèque, la clinique d’impôts, le transport et l’animation à Hébergevac, l’accueil et l’intégration, etc.
Avec un groupe de bénévoles.

Avec un groupe de bénévoles.

Lors de mon petit laïus où, naturellement, j’ai remercié les bénévoles du CAG, tout en soulignant l’apport indispensable du bénévolat en général à toute notre société et notre qualité de vie commune, j’en ai profité pour rappeler la place croissante que prennent et doivent prendre nos aînés dans notre ville, une ville où l’on s’attend à ce que, d’ici moins de 20 ans, un quart de la population aura plus de 65 ans et possiblement près de 40 % aura plus de 50 ans (l’âge d’or selon la FADOQ).  C’est là un sujet qui me préoccupe et me tient à coeur comme président de la Commission sur les aînés mais aussi comme président du Comité consultatif d’urbanisme, car le nouvel urbanisme DOIT prioriser le piéton au détriment des véhicules et tenir compte, en particulier, des aînés et de leur qualité de vie.

J’ai également noté au passage que, quelques jours plus tôt, le conseil municipal avait adhéré à une initiative intéressante visant à aider à la fois les décrocheurs et les aînés, soit le projet « Un vélo, une ville », un concept innovateur déjà en place dans d’autres villes du Québec et où un triporteur sera opéré par un jeune décrocheur âgé de 16 à 28 ans. Ce dernier pourra avoir un emploi pendant 17 semaines, cet été, et pourra bénéficier d’une bourse d’études de 2 000 $ à la fin de sa période d’emploi (du 5 juin au 27 septembre, du mercredi au dimanche).  Ce projet pilote permettra à des aînés vivant en résidence ou vivant à leur domicile de manière autonome de bénéficier gratuitement de balades de plaisance (circuits patrimoniaux ou touristiques) pendant la période estivale, et l’on verra aussi ces triporteurs à 5 fêtes populaires à Gatineau.