2017 juillet

Mardi 4 juillet – Un don à la Fondation Forêt Boucher

Posted by | Non classé | No Comments

Le mardi 4 juillet, alors que le Conseil municipal a connu une longue… très longue journée jusque vers 22h, j’ai pu m’esquiver pendant mon heure de dîner pour aller remettre un chèque de 1000$ (à partir de mon budget discrétionnaire) à la directrice générale de la Fondation Forêt Boucher, Marianne Strauss.

Rmb et Marianne Strauss_FFB (comprimée)

La Fondation Forêt Boucher a maintenant signé un protocole d’entente avec la Ville de Gatineau pour travailler à divers projets visant à préserver cette forêt, le poumon ouest de la Ville de Gatineau, à la faire connaître et à sensibiliser la population à sa valeur écologique et à son importance sur le plan environnemental pour les Aylmerois et pour les Gatinois en général.  Cette forêt étant au coeur du District de Deschênes que je représente, je me réjouis des efforts de cette fondation depuis quelques années et tiens à les appuyer du mieux que je peux, d’autant plus que, jadis, comme président de l’Association du patrimoine d’Aylmer (dans les années 1990), j’avais déjà appuyé les efforts initiaux d’Ian Huggett pour préserver cette forêt unique.

27 juin – 1er juillet 2017 – Des festivités et des débats

Posted by | Non classé | No Comments

Mardi dernier, le 27 juin, ce fut une journée plutôt éprouvante au Conseil, alors qu’encore une fois se sont affrontées deux visions bien différentes du développement urbain : une vision réductrice axée uniquement sur l’asphaltage et quelques autres services de base, et une vision qui, sans négliger les routes, l’aqueduc, les égouts, etc., veut assurer aussi à la population des services à la personne tout aussi cruciaux pour la qualité de vie des citoyens : bibliothèques, centres communautaires, terrains sportifs, etc.  (Voir certains articles du Droit, le lendemain matin.)

La bibliothèque Lucy-Faris est depuis longtemps un enjeu majeur à Aylmer : trop petite pour répondre aux besoins de la population en 2002 (environ 32 000 citoyens), elle ne saurait satisfaire aux exigences d’une population qui a doublé depuis (environ 65 000).  C’était un enjeu lorsque j’étais membre de la Table de concertation culturelle d’Aylmer, à la fin des années 1990 et au début des années 2000.  Ce l’est encore plus maintenant.  Il est bien regrettable qu’après de nombreuses études faites depuis au moins 2005 rien de concret n’ait encore été fait à l’égard de cette bibliothèque (l’une des plus achalandées du réseau gatinois), surtout qu’elle doit être l’une des deux bibliothèques ressources de la Ville, l’autre étant Guy-Sanche, à Gatineau.  Mais il y a enfin une lueur d’espoir à l’horizon, car nos services ont déjà commencé à faire diverses analyses et à envisager un scénario qui devrait doter Aylmer d’une bibliothèque moderne qui réponde adéquatement aux besoins de la population de l’Ouest de la Ville.  Et l’un des scénarios privilégiés à l’heure actuelle est de bâtir une bibliothèque majeure, avec architecture identitaire, juste devant la future école secondaire d’Aylmer, et tout près de la piscine Paul-Pelletier, à l’angle du chemin d’Aylmer et de Samuel-Edey, ce qui marquera un autre pas important dans le rétablissement et l’embellissement de la zone commerciale qui, présentement, sépare le chemin patrimonial et champêtre d’Aylmer de la vieille rue Principale.  On retrouvera là, donc, une importante concentration d’institutions publiques à un endroit stratégique.  (Pour plus d’information, voir le Plan de déploiement des bibliothèques ou visionner la séance du Conseil à ce sujet, le 27 juin à 9h.)

Le soir même, je devais aussi présider l’une de ces multiples assemblées de consultation publique, chaque fois, par exemple, qu’un dossier de changement de zonage ou autre modification importante à la réglementation est adopté en première lecture par le Conseil municipal, après avoir été analysé par le Comité consultatif d’urbanisme.

Heureusement, les journées ne sont pas toujours aussi difficiles et, pendant le reste de la semaine, j’ai eu le plaisir de rencontrer divers citoyens et promoteurs pour discuter de leurs projets, dont un qui m’a beaucoup impressionné : un projet d’agriculture urbaine mené par un jeune couple de mon district qui a fait les choses (élevage de poules) de façon plus que professionnelle jusqu’ici, alliant élevage, agriculture… et éducation auprès de leurs enfants.

Le 28 juin, j’ai également remis un chèque de 500$ à Danielle Hébert, présidente de l’organisme Faim d’aider, un organisme à but non lucratif qui a pour mission de fournir gratuitement des dîners chauds et nutritifs à des écoliers démunis de la région de la capitale nationale, et qui a vu le jour en 2003 à Aylmer.

Richard Bégin et Danielle Hébert (Fami d'aider)

Un peu plus tard, ce soir-là, je remplaçais le maire pour la remise des médailles à l’occasion du Championnat Criterium Élite/Junior Hommes/Femmes et du The British Grand Prix – Corporate Relay Bike Race, visant à appuyer la Fondation de la recherche sur le diabète juvénile [FRDJ].  L’événement avait lieu dans le Vieux-Aylmer pour la seconde année consécutive, grâce à l’initiative de Mike Clemann, propriétaire de l’Hôtel British et du Café British.  C’est justement sur la terrasse entre ces deux bâtiments historiques que l’on remit les médailles, Greg Fergus (député fédéral), Mike Clemann et moi-même vers 21h15.  (Voir la vidéo Critérium Jr Championnats Canadiens Route 2017

Rmb et remise de prix au British_course de cyclistes 2017

Le vendredi 30 juin, j’ai vécu une nouvelle expérience comme citoyen et comme conseiller municipal.  En effet, des amis m’avaient demandé, il y a quelques mois, d’agir comme célébrant pour leur mariage, et l’endroit choisi pour le mariage était la Ferme Moore, un site patrimonial (mais également d’agriculture urbaine) de première importance à Gatineau.  Quel choix judicieux pour ces amis, mais aussi pour moi, en tant que défenseur du patrimoine depuis tant d’années et comme président de la Fédération Histoire QuébecCharles Symmes, fondateur d’Aylmer (que j’ai incarné à nouveau pour l’occasion), s’en serait lui aussi réjoui!  Mes meilleurs voeux de bonheur aux nouveaux mariés!

C’est ce soir-là que j’ai appris, du reste, que, finalement, moins de 1000 personnes avaient signé le registre pour s’opposer au projet d’amphithéâtre de 4000 sièges et d’aréna pour les Olympiques, avec, en plus, 3 autres glaces communautaires (Projet Guertin).  Il aurait fallu 14 363 signatures pour que l’entente de gré à gré entre la Ville de Gatineau et le promoteur Vision multisports Outaouais (VMSO) pour la construction et la gestion du complexe soit soumise à un référendum.  Ceci semble donc mettre fin à une trop longue saga qui s’éternise depuis plus de 10 ans.

Enfin, le 1er juillet, c’était la Fête du Canada.  Comme on a pu le constater, j’ai participé au défilé organisé par la Légion canadienne, à Aylmer.  On a bien cru que l’activité devrait être annulée en raison de la pluie torrentielle en début d’avant-midi, mais, heureusement, le ciel s’est légèrement dégagé et on a pu faire la parade à partir de l’édifice de la Légion canadienne, sur la rue Bancroft, en passant derrière l’Hôtel British pour se rendre à la rue Parker et remonter la rue Principale jusqu’au Parc commémoratif où a eu lieu une cérémonie importante.  Autant au Parc commémoratif que dans les rues avoisinantes, il y avait des kiosques, de la musique et les rencontres furent nombreuses et agréables.  Parmi les personnalités politiques présentes ce jour-là, j’ai croisé, pendant ces quelques heures, le député Greg Fergus, le député André Fortin, le maire Maxime Pedneaud-Jobin, ainsi que les conseillers Denis Tassé, Mike Duggan et Maxime Tremblay.