2017 octobre

Allocution pour le 175e anniversaire de l’organisme Christ Church Aylmer

Posted by | Non classé | No Comments

Dimanche matin, j’avais le plaisir et l’honneur de remplacer le maire lors d’un événement majeur pour quelqu’un comme moi qui défend le patrimoine (et celui d’Aylmer en particulier) depuis tant d’années et qui croit sincèrement à la vie communautaire.  Il s’agissait d’une célébration spéciale à l’occasion du 175e anniversaire de la paroisse anglicane Christ Church Aylmer.  L’événement était présidé par l’évêque anglican du diocèse d’Ottawa, John Chapman.  L’accompagnaient le révérend Éric Morin (que je connais depuis plusieurs années), pasteur de cette paroisse, et le révérend David Oliver.  Voici le discours que j’ai livré à cette occasion.

«Good morning, bonjour,

Today, through this religious service, we celebrate the central role that Christ Church Aylmer has played in our community for the past 175 years.

Throughout these 17 plus decades, generations of parishioners have built their lives around this religious institution.

In Christ Church Aylmer, they have found a place of love, which they could call their spiritual home, and where they could feel a deep sense of community.

Christ Church Aylmer has, from its earliest days been open to all Gatineau residents, in service to their faith and other needs.

Christ Church Aylmer has been involved in many charitable activities, including the Aylmer Food Bank. It has welcomed refugees, and in 2016 inaugurated a forum where social service and non-profit groups could better network and serve the community.  I’ve attended most of those meetings and I salute this initiative.

Your involvement in the Daily Bread food lunch program in Gatineau schools is also worth mentioning. By investing in Gatineau’s youth as you do through this program, not only do you open their minds to learning, but also their hearts and their receptiveness to others, making them better members of this community.

I would like to thank Bishop Chapman and all the members of the Church for their generosity.

Past members of this Church were some of the founding fathers and builders of Gatineau and of the Outaouais. As we can all see, your members continue to be major contributors to its evolution.

To this day, Christ Church Aylmer remains a focal point in Gatineau’s urban landscape, and a reminder that it has been a major partner in the city’s development.

This beautiful building is in and of itself a daily, permanent, tangible presence of the Anglican faith in our community.

It is hardly surprising that the Conseil du patrimoine religieux du Québec (of which, incidentally, I am a Board member) has recognized the historic and architectural value of this structure as a prime example of a heritage building.

Christ Church Aylmer is part of the soul of Old Aylmer.

It is at the heart of this community’s life, and always will be.

Thank you!»

Ma déclaration au Conseil du 3 octobre 2017

Posted by | Non classé | No Comments

Tout d’abord, j’aimerais revenir sur la cérémonie organisée samedi par le Syndicat des propriétaires du projet immobilier Parc Madaire et l’Association des résidents de Deschênes. Pour souligner le 25e anniversaire de ce projet immobilier unique d’Aylmer et de Gatineau, ces deux organismes avaient organisé une journée de festivités avec comme point culminant la plantation d’un arbre, car ce projet, bien que très dense, est aussi et surtout très vert, avec une grande variété d’arbres et des jardins presque à chaque maison. Vraiment un bel exemple de densification réussie tout en assurant une grande qualité de vie et une vie communautaire très intéressante. Le maire et moi, en compagnie des présidents des deux organismes et de l’initiateur de cette cérémonie, avons participé à la plantation de l’arbre.

Le lendemain, c’était la Fête du patrimoine, organisée par l’Association du patrimoine d’Aylmer, à l’Hôtel British. En plus d’une conférence, il y avait brunch et aussi remise des prix biennaux du patrimoine pour des travaux de restauration et de mise en valeur de bâtiments patrimoniaux qui font la richesse de notre ville : 1er prix : Hôtel British pour le travail colossal de restauration des dernières années; 2e prix : 99, rue Symmes, une maison privée qui remonte aux années 1850 et a été restaurée en respectant son caractère d’origine; 3e prix : Billetterie de l’ancien Parc de la reine (Queen’s Park) au début du XIXe siècle, billetterie qui a d’abord été retrouvée puis restaurée et finalement installée à côté de l’Auberge Symmes. D’excellents exemples dont d’autres devraient s’inspirer, car c’est ce patrimoine qui contribue à notre sentiment d’appartenance et attire les touristes dans toutes les villes du monde.

Par ailleurs, vu que c’est somme toute la dernière fois, pendant ce mandat, que j’aurai l’occasion de le faire publiquement, j’aimerais remercier sincèrement l’équipe du Service d’urbanisme et en particulier sa haute direction avec lesquelles j’ai eu le plaisir de travailler étroitement au cours des quatre dernières années et surtout d’échanger sur bien des sujets ou visions en vue d’améliorer à la fois la qualité et l’efficacité du service, mais aussi la beauté de notre ville. Je me sens privilégié, même si certains des dossiers n’ont pas été des plus faciles, d’avoir pu côtoyer des gens aussi qualifiés et dévoués… et ouverts aussi aux nouvelles idées comme au changement.

Enfin, j’aimerais aussi remercier les citoyens et associations d’Aylmer et de Deschênes avec lesquels j’ai eu le plaisir d’échanger et de travailler pendant les quatre dernières années pour le mieux-être de notre collectivité.

1er octobre 2017 – Fête du patrimoine.

Posted by | Non classé | No Comments

04-Lauréats_IMG_20171001_135335_resize

L’Association du patrimoine d’Aylmer (APA), que j’ai présidée dans les années 1990, tenait dimanche la Fête du patrimoine à l’Hôtel British, dont j’ai écrit l’histoire et que vient de restaurer l’homme d’affaires Mike Clemann.

02-Alain Massé_IMG_20171001_103453_resize

La journée se composait d’abord d’une allocution d’Alain Massé, président-fondateur d’Idéeclic, sur l’« espace patrimonial », un thème qui couvre tout un univers, de l’objet ancien au patrimoine bâti, aux paysages culturels, au patrimoine immatériel, de notre milieu immédiat à l’histoire d’une communauté ou d’un peuple, de la muséologie à l’informatisation et à la dissémination de l’histoire et du patrimoine.

03-Maxime Pedneaud-Jobin_IMG_20171001_132050_resize

Suivait le brunch, après quoi le maire Maxime Pedneaud-Jobin prononça quelques mots à propos de l’importance du patrimoine, de ce patrimoine particulièrement menacé à Gatineau et notamment sur l’île de Hull.  Il en profita pour souligner, à l’opposé, la contribution remarquable de quelques historiens locaux qu’il nomma (et dont je suis, en compagnie de gens comme Pierre Louis Lapointe, Michelle Guitard, Diane Aldred, Michel Prévost, Lynne Rodier, etc.), mais aussi d’hommes d’affaires et de citoyens tout aussi passionnés comme Mike Clemann et les autres lauréats que l’APA reconnaissait aujourd’hui.

Par la suite, l’APA remit ses prix biennaux du patrimoine, soit :

3e prix : à Gilles Laroche et au Musée de l’Auberge Symmes, qu’il préside, pour la récupération et restauration de l’ancienne billetterie du Parc Queen’s, maintenant revenue à proximité de l’Auberge Symmes (1, rue Front; la billetterie remonte à la fin du XIXe siècle);

2e prix : à Ariane Bloomfield-Bigras et Guillaume Vermette, pour la restauration de la Maison Coghlan-Rolston (99, rue Symmes, anciennement Charles — construite vers 1850);

1er prix : à Mike Clemann, pour l’imposante restauration de l’Hôtel British (71, rue Principale – aile ouest construite en 1834).

Prix du patrimoine 2017_APA_01 copy

Cette journée faisait partie des Journées de la culture, comme plusieurs autres événements tels que les visites patrimoniales de Michel Prévost et de la Société d’histoire de l’Outaouais.  Un heureux contraste par rapport à certaines déclarations récentes que nous avons pu entendre et lire dans les médias à propos du patrimoine bâti de Gatineau!  Une source d’espoir, aussi, pour notre avenir économique (notamment touristique) et surtout notre identité collective et notre sentiment d’appartenance!

30 septembre 2017 – Le 25e anniversaire du projet résidentiel Parc Madaire

Posted by | Non classé | No Comments

Samedi, on célébrait le 25e anniversaire du projet résidentiel Parc Madaire, dans le District de Deschênes, que j’ai l’honneur de représenter depuis 2013.  Ce projet immobilier de haute densité mais à échelle humaine est l’œuvre de l’architecte Avi Friedman de l’université McGill.  On y retrouve 115 unités de maisons en rangée gérées en copropriété et construites sur le site de l’ancienne usine de nickel qui a dominé le village de Deschênes au début des années 1920.  Situé à proximité de la rivière des Outaouais, ce quartier, malgré sa densité, est verdoyant grâce à ses nombreux jardins et surtout à sa grande variété d’arbres.

Parc Madaire-25e_20170930_01_resize

Samedi, pour souligner le 25e anniversaire du quartier, le Syndicat de co-propriétaires du Parc Madaire et l’Association des résidents de Deschênes avaient organisé une petite fête (avec kiosques d’information et jeux pour enfants) à l’occasion de laquelle l’on planta officiellement un nouvel arbre dans le parc Madaire, situé entre le projet immobilier du même nom et le Centre communautaire André-Touchet, qui abrite le Groupe communautaire Deschênes.

Parc Madaire-25e_20170930_04_resize

Ce nouvel arbre visait à remplacer l’un de ces multiples frênes affectés par l’agrile du frêne que nous avons perdus au cours des dernières années dans le Secteur Aylmer et dans l’ensemble de Gatineau.

Parc Madaire-25e_20170930_03_resize

J’ai eu le plaisir d’y déposer une pelletée de terre autour de l’arbre, en compagnie du maire Maxime Pedneaud-Jobin, de la présidente du Syndicat des co-propriétaires Clairette Bourque, du président de l’Association des résidents de Deschênes Howard Powles et de l’initiateur du projet, un résident du quartier, Jasmin Morin.

Parc Madaire-25e_20170930_02_resize

Un très beau moment, je dois dire, où l’écologie, la vie communautaire, le patrimoine bâti et le patrimoine naturel se rejoignaient… et rejoignaient tellement aussi mes valeurs et mon engagement dans le Secteur Aylmer depuis quelques décennies.  Un bel exemple, aussi, de projet domiciliaire où priment la qualité de vie et la vie communautaire.

Pour plus d’information, voir le site sur le Parc Madaire, et notamment la carte interactive sur l’Arboretum.